L'ENTRETIEN avec Pr Oumar Dioum LUNDI 07 MARS 2016

"AFRIKAPARISTV​", ​PREMIÈRE CHAÎNE DE PROXIMITÉ DÉDIÉE À LA DIASPORA AFRICAINE

Lancée en février 2016, "AfrikaParistv", basée à Montreuil, est la première chaîne de télévision sur le web dédié à la diaspora africaine en France. Elle a l’ambition de devenir un véritable média de proximité, qui couvre l’actualité surtout culturelle de la diaspora. Son fondateur, le Mauritanien Bah Ould Saleck, explique à Afrik.com la genèse de ce projet.

Accueil chaleureux. Poignée de main franche. C’est avec le sourire que Bah Ould Saleck, fondateur d’Afrikaparistv, nous accueille dans ses spacieux locaux, à Montreuil, près de Paris. On aperçoit quelques membres de l’équipe plongés minutieusement dans leur travail. Bah, qui a gardé le sens le l’hospitalité bien connu des habitants de la Mauritanie, propose un thé à la menthe bien chaud comme cela se fait chez lui, avant de nous parler de sa chaîne de télévision, à laquelle il voue toute son énergie. Il faut dire que l’univers des médias n’a aucun secret pour celui qui a marqué la scène médiatique mauritanienne en créant son journal indépendant Mauritanie Nouvelles ou encore en dirigeant la célèbre chaîne Sahel TV. AfrikaParistv est donc un challenge de plus pour le soixantenaire à l’énergie débordante, bien rôdé dans le milieu des médias. 

 

AFRIK.COM : Comment vous est venue l’idée de créer AfrikaParistv ? 

 

Bah Ould Saleck : L’idée n’est pas récente car cela faisait déjà longtemps que j’y pensais. Tout est parti de mon constat que la diaspora africaine en France n’avait pas de médias de proximité. D’autant que j’ai compris combien l’image a de l’importance aujourd’hui. L’objectif de la chaîne est donc de donner de la visibilité à la diaspora africaine en France et de mettre en lumière son actualité sur le plan de la culture, de l’innovation technologique ... Il ne faut pas négliger la diaspora africaine. Selon les estimations, elle serait au nombre de quatre à six millions de personnes en France. Emmanuel Macron, que nous avons eu l’honneur d’interviewer à l’occasion des "100 talents de l’économie africaine" à Paris, a estimé que la diaspora devrait avoir plus de responsabilités en France. On voit, en effet, des Noirs, quand ils marquent des buts dans l’équipe de France mais ils n’ont aucune visibilité en dehors de cela. Gardons aussi à l’esprit que l’extrême-droite est en train de monter partout en Europe y compris en France. Nous devons donc faire preuve de vigilance. Par conséquent, chaque communauté doit avoir des porte-voix au cas où l’extrême-droite venait à passer. AfrikaParistv sera donc l’avocat de la diaspora. 

Vous avez lancé lundi une campagne de crowfunding. En quoi pourra-t-elle appuyer le développement de la chaîne ? 

En tant que fondateur de cette chaîne, j’ai mis à contribution mon apport personnel ainsi que celui de mon associé, qui est à hauteur de 50 000 à 60 000 euros. Nous avons désormais six mois d’existence, qui nous ont permis de montrer ce dont nous sommes capables, en termes de qualité et de pertinence des sujets. Mais désormais ces fonds financiers personnels ne suffisent plus pour passer à la phase suivante de développement de la chaîne, qui est le lancement d’un site internet. Voilà pourquoi nous avons lancé cette campagne de crowfunding pour que tous ceux qui croient en ce projet puissent contribuer à le faire grandir. Le fait que nous ayons créé une page sur Facebook pour répertorier nos activités nous a donné une bonne visibilité. Nous avons 800 000 vues et sommes suivis par 4000 personnes soient 1/6ème de la diaspora. Nous espérons récolter 15 000 euros d’ici le mois d’août. A la fin de la campagne, d’ici la fin du mois de septembre, nous comptons organiser une soirée culturelle pour le lancement du site auquel on va associer des débats sur la culture, la gastronomie... Et toute la soirée sera diffusée en live. Une façon de partager tout cela avec le public et tous nos amis à paris. 

 

Quelles sont les émissions phares de la chaîne ? 

 

Je dirai les émissions de débat. Nous avons par exemple L’Arbre à palabres, qui est une émission de réflexion, de débat contradictoire, qui en est déjà à son troisième numéro. Le plateau du premier numéro avait accueilli trois intellectuels africains qui se sont exprimés sur le déclin de la pensée africaine. Le deuxième numéro s’est intéressé au rôle des élus de la diaspora en France, et le troisième s’est penché sur la relation entre la diaspora et la religion. Il y a aussi l’émission AfrikaParistvmusic, qui est assez attractive, où l’on va à la rencontre d’une star ou d’un artiste de la diaspora pour mieux le connaître. Nous avons aussi le format reportage et documentaire avec l’émission L’œil de la diaspora, qui a l’objectif de traiter des questions de société importantes et d’aller au fond des choses. Le premier numéro abordera la relation qu’entretient la diaspora avec les langues africaines, en prenant exemple sur les soninke, très attachés à leurs traditions. Nous avons aussi l’ambition de faire de nombreux documentaires de 12 à 26 minutes, qui constitueront notre plat de résistance pour le site. En partenariat avec l’association Africadoc, nous mettons à disposition du téléspectateur des documentaires ou films proposés pour 1 euro. Et nous nous engageons à reverser une partie des fonds à Africadoc. 

 

 

Quel est actuellement le principal objectif d’AfrikaParis tv ? 

 

Actuellement, notre principal objectif est de réussir la campagne de crowfunding. Si nous obtenons 20% des fonds dont nous avons besoin pour développer la phase 2 de la chaîne, ce sera un grand pas en avant. J’espère que l’évolution de la chaîne sera positive sur le court terme. Si AfrikaParistv réussit comme modèle de média de proximité de la diaspora, dans deux, trois, voir quatre ans, nous espérons développer le concept à l’international, notamment en Europe, où chaque pays a une diaspora africaine. Nous avons déjà réservé plusieurs noms de domaines concernant AfrikaParistv. Nous sommes donc à la recherche d’investisseurs pour réaliser nos objectifs. Des investisseurs qui portent nos valeurs et la défense des intérêts de la diaspora 

 

Sourcehttp://www.afrik.com

 

Additional information